Présentation — 1

La Terre brûle au nom de leurs profits

L’humanité est aujourd’hui propulsée vers un immense chaos climatique, écologique, social, sanitaire, démocratique et humanitaire.

Au-delà de nos modes de vie, c’est le système qui domine désormais la plupart des choix politiques et économiques à l’échelle planétaire qui est le principal responsable de ce désastre annoncé.

Le système capitaliste mondialisé a organisé l’ensemble de la production et des services sur tous les continents, au profit d’une minorité. Il prend possession de tout ce qui est vital pour l’humanité, à l’image des semences dénaturées et brevetées. Il opprime, oppresse, et exploite sans fin le travail humain autant que les ressources naturelles. S’appropriant les moyens permettant de répondre aux besoins des populations, son objectif est avant tout la multiplication des profits des grands investisseurs privés.

Pendant plusieurs décennies, il s’est revendiqué « défenseur des droits humains et de la démocratie ». Aujourd’hui, où les tensions sociales grandissent autant que les écarts entre les plus riches, de plus en plus riches et minoritaires, et les plus pauvres, de plus en plus pauvres et nombreux, il s’allie volontiers aux montées fascistes à travers tous les continents. Il réprime et légifère aux dépens des droits fondamentaux. Il refoule les migrants, instrumentalise les peurs, criminalise la solidarité…

Face à l’accélération des catastrophes liées au réchauffement climatique et à la chute de la biodiversité, il nie, minimise, ou parfois s’affiche volontariste. Mais il défend surtout, et sans relâche, les intérêts des lobbies industriels et financiers les plus dévastateurs.

Aujourd’hui, la pandémie du Covid19 entraîne le monde vers une crise économique aux conséquences humaines et sociales sans précédent. Les crises se succèdent, s’accélèrent et se conjuguent et la perspective d’une crise systémique globale met l’humanité face aux défis les plus importants de son histoire.

Quelque soit la capacité de résistance du système dont les maîtres et principaux bénéficiaires feront tout pour rester aux manœuvres, et quelque soit le niveau d’emballement des phénomènes de destruction écologique déjà engagés, nous devons organiser et mettre en œuvre au plus vite un changement radical, s’enracinant dans l’action locale et d’ampleur internationale, capable de mettre fin à la logique folle qui propulse l’humanité vers sa fin anticipée.

Quelque soit le temps dont nous avons eu besoin pour prendre conscience du lien structurel entre capitalisme et destruction globale en cours, quelque soit nos références et nos enracinements philosophiques, éthiques, de classes, de lutte, etc…, nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreuses à oser penser et dire qu’il n’y aura pas d’avenir souhaitable pour l’humanité sans organiser ensemble une sortie rapide et radicale du capitalisme, dans une perspective écologique et démocratique tout aussi radicale.

Ce n’est plus une question d’idéologie, c’est une question de survie collective !
Le temps nous semble venu…
Osons la métamorphose…!

4 Replies to “Présentation — 1”

  1. Avoir une vision du capitalisme comme civilisation planétaire me parait essentielle. Sa profondeur historique le fait remonter au XVIe siècle.

    J'aime

  2. Il me parait important de considérer le capitalisme tant comme une civilisation planétaire qu’une civilisation ayant une histoire qui aurait émergé dans le courant du XVIe siècle.

    Au-delà, il conviendrait de s’interroger sur sa place dans la très longue histoire des humanités ?

    J'aime

  3. Il faudrait peut-être dire que le capitalisme a besoin structurellement d’expansion. L’expansion géographique étant achevé à la fin du XIX°, il cherche à ronger tous les os, y compris les branches sur lesquelles il était assis. La mutualisation d’activités structurantes avait été à la base de son développement depuis le XVI° siècle. Il abandonne cet outil pour tenter de préserver ces profits.

    J'aime

  4. Je serai même tenté de penser qu’un gouvernement comme celui de Macron a déjà franchi la limite hors de l’espace démocratique, son autoritarisme, sa stratégie de la tension reproduit ce qui s’est passé dans l’histoire dès lors qu’il n’y a pas d’autres stratégies pour contourner l’impossibilité de l’expansion géographique.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.